Roulette de Wartenberg

par ulysse
Noter cet article :
0 vote

Lorsque la soumise est attachée, cagoulée de préférence, je peux sortir une de mes roulettes diaboliques ! je la passe de manière inattendue aux points les plus sensibles... J’aime sentir la femme vibrer, onduler, gémir... la roulette n’est qu’une étape dans la quête de plaisirs divins, elle prépare le chemin par les sensations et émotions qu’elle génère è d’autres plaisirs bien plus intenses.

La roulette de Wartenberg, utilisée en BDSM, est à l’origine un instrument médical utilisé en neurologie pour le diagnostic clinique de certains troubles de la sensibilité comme le déficit de perception des sensations douloureuses. Elle a été inventée par le neurologue Robert Wartenberg qui lui a donné son nom.

Description

Fabriquée en acier inoxydable et munie d’une poignée elle est constituée de petites pointes rayonnant autour d’un ou plusieurs moyeux. Le modèle courant a une roulette, mais il peut y en avoir deux trois, quatre, cinq, voir plus. Plus il y a de roulettes, plus les sensations peuvent être intenses dans des mains expertes. Il faut veiller à avoir un modèle sécuritaire, facile à nettoyer et dont les pointes piquent, mais ne perforent pas la peau.

Utilisation

C’est un jouet bdsm indispensable. Il est bon marché, facile à utiliser et sans risque si utilisé avec délicatesse.

La roulette impressionne par son aspect. Il est donc judicieux avant de l’utiliser de la montrer au partenaire et de théâtraliser son utilisation.
Elle procure une gamme de sensations divinement incroyable.
La pression opérée sur la roue détermine les sensations ressenties. Il n’est pas besoin d’appuyer fort pour provoquer des réactions.
La roulette peut chatouiller si on la passe avec délicatesse sur le corps de la soumise.
On la passe sans appuyer, en explorant toutes les zones du corps pour découvrir les points les plus sensibles. Une fois les zones de plaisir ou de douleur cartographiée, on peut faire varier les sensations en allant du chatouillement a de douces et divines douleurs selon les effets recherchés. Il ne faut pas la passer sur les muqueuses pour ne pas les blesser.

En bondage lorsque la soumise est bien attachée, lorsque la roulette est bien utilisée, elle va tellement la stimuler qu’ensuite l’utilisation du vibro pourra lui provoquer des jouissances plus intenses qu’à l’ordinaire et la rendre fontaine.

Précautions

Attention, si vous forcez un peu, vous pouvez aller jusqu’à transpercer la peau.
Les gestes doivent être modérés pour donner beaucoup de plaisir à celle qui la reçoit.
Il faut faire attention si la soumise se tortille de ne pas faire un faux mouvement et la blesser.

Il ne faut pas l’utiliser sur des muqueuses, ni dans des endroits dangereux et fragile, autour des yeux, dans le sexe ou l’anus. Cela me semble évident mais un homme a tué sa femme en introduisant une wartenberg dans l’anus.

En conclusion

C’est un accessoire de base en bdsm indispensable facile à transporter qui permet de passer de très bon moment, intense et jouissif.