L’histoire de ce texte fascinant.
Les 12 règles de la soumise
Les 12 règles de la novice, de la soumise, de l’esclave.

par ulysse
Noter cet article :
6 votes

Une soumise, une sexploratrice doit avoir un esprit ouvert et critique, ne pas accepter n’importe quoi de n’importe qui, ce qui conduit vite à des abus, à des ITS et à d’amères déceptions.

Nous allons donc faire une lecture critique de ce texte qui est une référence en BDSM classique.

Historique :

L’histoire de ce texte est intéressant. Il s’agirait de règles qu’un couple français aurait créées pour leurs jeux personnels BDSM en 1993 (Mastermind pour sa soumise Salomé) selon certaines sources. Un couple d’Américain en réclamerait aussi la paternité, mais c’est peu probable.

Voici l’histoire de ces 12 règles racontées par Salomée : Je rencontre JP, j’ai 21 ans et nous sommes en 1993. Je ne connais du BDSM que mes fantasmes sur la série Angélique, Histoire d’O et quelques lectures du marquis remontant essentiellement à mes cours de philo. Celui qui allait devenir mon Seigneur et Maître est tout aussi novice que moi. Et nous nous trouvons l’un comme l’autre confrontés à un problème de taille : Comment devient-on Maître et comment devient-on soumise ? Nous n’en savons rien. Internet n’existe pas encore, le BDSM se pratique en milieu très fermé, inaccessible aux débutants que nous sommes. Alors mon amour me concocte une ligne de conduite, résumée en 12 règles que j’applique consciencieusement en bonne élève.

Je ne suis encore presque une enfant et j’ai envie de bien faire, comme on me l’a toujours appris. Nous sommes alors « célibataires sans enfant » et cette liberté nous permet une boulimie d’expériences dont nous nous gavons à l’excès. C’est normal nous ne connaissons rien et avant de dire : pas pour nous, nous essayons de nous faire notre propre opinion…/… Certes oui, ces règles ne sont pas parfaites, nous nous sommes d’ailleurs rendu compte de leurs failles au fur et à mesure de notre existence et de notre apprentissage. Mais elles correspondaient à notre recherche de débutants et à nos envies, à nos fantasmes.}

Même si maintenant elles sont critiquées, il s’agit de règles de soumission de base, utilisée par la majorité des Dominants. Elles sont bien écrites et doivent évoluer en même temps que la relation.

Chaque couple BDSM, chaque Maître doit écrire ses propres règles.

Je vous la livre tel quel avec mes commentaires encadrés bleus

Les 12 règles de la soumise

1 – Les yeux baissés en ma présence, tu conserveras.

La soumise s’efforcera de ne jamais croiser le regard de son Maître, celle-ci étant indigne de porter le regard sur lui. Les exceptions autorisées par le Maître devront être perçues par la soumise comme une récompense dont elle n’est pas digne. Elle s’imposera donc de conserver les yeux à terre sitôt le Maître en sa présence. Cette disposition aura pour effet de lui rappeler, si besoin en était, son statut intrinsèque de soumise.

Respect - humilité

La soumise (comme le Maître) doit être humble tout en restant dans son rôle. Cette règle a pour but d’instaurer un respect et une hiérarchie qui est complétée par le vouvoiement. Baisser les yeux est une marque de respect et un signe de soumission

2 – Jamais mes décisions tu ne contesteras.

La soumise ayant toute confiance en son Maître s’en remet donc intégralement à lui et en son jugement. Ce qu’il fait ou dit est vérité universelle. Dans le cas d’incompréhension d’une intention du Maître, la soumise acceptera sans rechigner ni tergiverser de se prêter aux exigences du Maître. Puisque la soumise a confiance en son Maître, ce qu’il entreprend ne peut l’être que pour le bien de la soumise et son plaisir à lui.

Obéissance

Ce paragraphe illustre une règle importante de la soumission, l’obéissance. L’obéissance est bâtie sur la confiance. Le Maître ne doit rien demander d’impossible ou non accepté par la soumise, le BDSM étant consensuel. Mais la soumise pour plaire à son Maître doit tout faire pour le satisfaire et dépasser d’elle-même ses limites. Les mots de sécurité sont appliqués et la soumise est libre d’arrêter l’action à tout moment. Obéissance oui, mais dans le cadre consensuel établi.

3 – Jamais les jambes tu ne croiseras.

De façon à être ouverte en permanence, la soumise s’interdira de se tenir les genoux serrés et à plus forte raison, les jambes croisées. Dans le même esprit, la soumise tiendra son sexe, son anus et ses aisselles, exempts de toute pilosité incongrue, sauf si le Maître apprécie une toison à l’un ou l’autre de ces endroits. De même le port de sous-vêtements sera proscrit sauf si le Maître en exprime le désir. Il pourra à loisir autoriser le port de soutien-gorge et culotte, ou l’un des deux, ou aucun.

Séduction

Ce paragraphe illustre les efforts de séduction que doit faire la soumise pour plaire au Maître, pour être sexy.

4 – Une attitude humble et respectueuse tu conserveras.

Pour bien manifester sa soumission, la soumise adoptera constamment un ton et un comportement respectueux pour s’adresser au Maître. Ainsi les paroles seront judicieusement choisies, ne seront jamais agressives, et encore moins ne manifesteront à aucun moment un quelconque énervement ou signe d’impatience. Il est évident que le mode impératif pour s’adresser au Maître, est proscrit. Dans le même esprit, le port de bijoux se fera de manière non ostentatoire. La soumise s’efforcera de se positionner en permanence en retrait de son Maître. Elle observera aussi d’être toujours à un niveau inférieur à lui, sur le plan physique. Ainsi lorsque le Maître est assis, la soumise s’assoira à ses pieds, et ainsi de suite.

Empathie – dissolution de l’ego

L’Égo, pour le Maître ou la soumise est source de tous les maux et provoque abus, séparations, incompréhension, jalousie… La soumise, comme le Maître, doit travailler pour être humble, empathique, altruiste, c’est le secret d’une relation réussie et mène à un vrai bonheur.

5 – A chaque infraction, ta punition toi-même tu fixeras.

Bien évidemment le Maître conservera un œil critique et attentif aux faits et gestes de sa soumise. Il peut arriver qu’une faute ou erreur de comportement liée à son statut soit commise par la soumise. Mais le Maître peut aussi volontairement laisser croire à sa soumise que la faute n’a pas été relevée, afin de vérifier l’intégrité du respect de cette règle. La soumise devra donc dans les plus brefs délais, informer son Maître de toute inconduite dont elle aurait pu se rendre coupable, et en réclamer la juste punition.

La punition

La punition par jeux comble le côté sadique et maso des deux partenaires. Elle sert à fabriquer des endorphines qui vont créer des jouissances très fortes. Elle respecte les désirs et préférences de la soumise et les mots de sécurité.
La vraie punition pour « punir », encore hélas pratiquée, sans mots de sécurités est un abus inacceptable. Elle détruit la confiance, amène la peur, détruit l’estime de soi.

6 – Ton temps libre à mon plaisir et mon bien-être tu consacreras.

La soumise devra consacrer l’essentiel de son temps à se dévouer comme il se doit à son Maître. Elle s’inquiétera en permanence du bien être de son Élu, s’attachant à servir celui-ci comme son statut de servante l’y oblige. Ainsi, à table par exemple, elle devra veiller à ce que le Maître ait toujours son verre plein, du pain à disposition. Elle le servira des meilleurs morceaux, ne conservant pour elle que les restes que celui-ci consent à lui laisser. Si l’envie lui en prend, le Maître fera prendre sa pitance à sa soumise, dans une gamelle, à genoux à ses pieds. Voire lui jeter de temps à autre un os à ronger, le plaisir d’une soumise étant d’être avilie, rabaissée au rang d’animal de compagnie que le Maître peut indifféremment caresser ou repousser d’un coup de pied.

Disponibilité Complicité/Attachement

Le Bdsm crée un lien fort entre les deux partenaires. La complicité est forte, l’attachement total. Chacun a un rôle et le joue. Dans cet article la soumise a pour fantasme servante, chienne ce qui n’est pas le cas de toutes les soumises.
La soumise prouve son attachement par des actes, des attitudes conformes avec ses désirs et préférences.

7 – Irréprochable et parée toujours tu seras.

La soumise veillera à être en permanence désirable pour son Maître. De ce fait elle s’abstiendra de se présenter à Lui en tenue négligée, mais au contraire s’efforcera de paraître toujours sous son meilleur jour. Dans le cas où les obligations familiales s’opposent à ce précepte, la soumise s’en excusera immédiatement auprès du Maître, et fera en sorte de remédier très rapidement à cette situation inacceptable.

Respect des protocoles et règles et respect de la vie privée

Dans ce paragraphe, la soumise doit en permanence bien paraître. Il est fait mention d’obligations familiales. La soumise a le droit à avoir une vie privée, professionnelle et le BDSM ne doit pas empiéter dessus. Pour vivre heureux vivons caché dit le proverbe.

8 – Par mensonge ou omission, la vérité tu ne travestiras.

Il est hors de question de tolérer tout manquement à cette règle. En aucun cas, la soumise ne devra dissimuler, ou travestir la pure vérité à son Maître. Quelle que soit la gravité des faits, ou paroles incriminées, la soumise devra en informer immédiatement son Maître qui jugera en toute équité du bien-fondé et de la dureté de la punition méritée… Et bien sur, Le Maître ne devra jamais mentir et trahir la confiance de la soumise, il doit avoir autant de rigueur qu’il en demande.

Honnêteté

L’honnêteté doit être totale. C’est un principe sur lequel il ne faut pas déroger. Il faut, Maître et soumise, être loyal, honnête, transparent. Aucune relation ne peut être bâtie sur des mensonges, des trahisons.

9 -Toutes tes tenues imposées avec fierté tu porteras.

Le jeu de Domination/Soumission ne se cantonne pas (ou ne devrait pas se cantonner) aux seules soirées organisées. Si la soumise est sincère, elle vivra sa soumission à chaque instant. Elle portera sur elle les marques de son appartenance et de sa condition. Le collier de cuir muni d’un anneau pour accrocher une laisse semble le plus indiqué en la matière. Visible de tous, il peut être suffisamment décoratif tout en étant relativement explicite et laisser planer le doute. Ce qui ajoutera à la confusion de la soumise et la maintiendra en état d’esclavage. Il pourra demander à sa soumise, pour son plus grand plaisir, de sortir court vêtue, et d’arborer un décolleté provocant afin d’offrir le spectacle de son corps à des inconnus, dans les lieux et circonstances qui plairont au Maître. Il restera en permanence organisateur et bien sûr, garant de la sécurité de la soumise, dans ces jeux d’exhibition.

Code vestimentaire

Le Maître peut et doit imposer un code vestimentaire pour valoriser la beauté et les charmes de la soumise.

10 – Avec quiconque dans nos jeux mêmes comportement tu adopteras.

Le Maître peut prêter sa soumise à qui bon lui semble, mais toujours en sa présence. Dans ce cas, ce que fait ou dit le nouveau bénéficiaire a, aux yeux de la soumise, exactement la même valeur que si ces gestes et paroles émanaient du Maître. La soumise devra donc exécuter avec le même entrain et la même ferveur, les demandes du nouveau Maître.

Pluralité sexuelle La soumise

Pluralité sexuelle
La soumise peut être offerte si cela fait partie de ses désirs. Cela ne peut et ne doit pas être imposé. Dans ce cas, le Maître doit garantir la sécurité de sa soumise, port de condoms… et être présent. Les mots de sécurités aussi doivent être respectés. Le Maître doit veiller à ce que l’invité respecte l’aspect consensuel, les limites de la soumise, le respect du scénario, s’il y en a un.

11 – De ton corps, jamais aucun accès tu ne me refuseras.

Puis qu’une soumise est ravalée au rang d’objet sexuel, le Maître peut se servir d’elle a sa guise, quand bon lui semble. La soumise dormira donc nue. Ce qui facilite l’intromission du Maître pendant la nuit, si l’envie lui en prend. Elle sera de temps à autre attachée dans une position pas trop confortable, mais laissant ses différents orifices à portée de son Maître. L’introduction de divers objets peut être envisagée, pour le plaisir du Maître de savoir sa soumise ainsi possédée en permanence. Par contre, il est expressément accepté par la soumise qu’aucun plaisir sexuel, que se soit par la masturbation, par une ou un autre partenaire, n’est acceptable sans le consentement et même plus, sans qu’il ne soit de l’initiative du Maître. Les jours de menstrues de la soumise, celle-ci en informera son Maître et maintiendra son orifice anal lubrifié par un produit adéquat, de façon à ce que celui-ci soit pénétrable à chaque instant sans effort pour le Maître. Il pourra ainsi disposer indifféremment de la bouche ou de l’anus de sa soumise tant que celle-ci sera indisponible vaginalement. Bien sûr, si le Maître prend plaisir à posséder sa soumise durant cette période il pourra en disposer à sa guise, et cela, même si l’a soumise goûte peu les pratiques sexuelles lors de ses jours d’indisposition.

Disponibilité sexuelle

Le Bdsm est avant tout une pratique sexuelle.
La soumise doit être disponible sexuellement dans les limites fixées.
Ce paragraphe a une certaine importance, car le plaisir est le but du BDSM quoi qu’on en dise. Par expérience, j’ai constaté qu’une baisse de libido de l’un ou de l’autre généralement conduit à un arrêt de la relation.

12 – De tes punitions, toujours tu me remercieras.

Le Maître disposera intégralement de sa soumise. Il pourra tout à loisir s’amuser avec son corps aussi bien qu’avec son esprit. Ainsi, s’il lui prend l’envie de faire subir un châtiment corporel à la soumise, il n’aura pas à s’en justifier. À plus forte raison, si la soumise a failli à l’une des obligations afférentes à son statut. La soumise s’obligera à remercier le Maître de l’attention qu’il a bien voulu lui porter lors de cette punition. De même il pourra à discrétion la faire dormir dans un lieu de rétention, dans des conditions minimales de confort. Ce dont la soumise remerciera également.

Soumission et Reconnaissance

La Soumise affirme sa soumission en remerciant le Maître. Elle est fière et heureuse de servir et attend du Maître qu’il soit un guide et est prête à faire ce qu’il faut pour se faire pardonner ses écarts et expier ses fautes. Là, j’ajouterai que la reconnaissance doit être réciproque. La soumise remercie le Maître pour ce qu’il fait pour elle. Le Maître doit développer l’estime de soi de la soumise et lui-même doit valoriser les progrès faits par la soumise.

Les valeurs du BDSM

C est un texte qui doit son succès au fait qu’on y retrouve toutes les valeurs qui font la force du BDSM :

  • L’humilité
  • La soumission aux envies de l’autre
  • L’Offrande de soi à l’autre
  • Le respect de l’autre.
  • La responsabilité en acceptant de payer pour ses fautes
  • L’altruisme et l’empathie
  • La séduction
  • L’honnêteté
  • La liberté sexuelle
  • La reconnaissance
  • Respect
  • Obéissance
  • Séduction
  • Attachement/complicité
  • Respect de la vie privée

LES règles du cercle prônent ces valeurs, mais tout en étant CSS (Consensuelles, Saines, Sûres)