Blogue du Donjon BDSM de MESTRE ULYSSE
BDSM POSITIF, JEUX BDSM, INITIATION AU BDSM, ÉDUCATION BDSM, PLAISIRS ÉPICURIENS ET JOIE DE VIVRE

Le donjon privé de Mestre Ulysse est un temple du plaisir consacré aux plaisirs de l’Éducation BDSM, au dressage BDSM, à des défis BDSM, des jeux de rôle ou libertins et aux plaisirs de la table, de l’amitié et aux loisirs.

La sécurité en BDSM

par ulysse
Noter cet article :
3 votes

En BDSM avoir des connaissances sur la sexualité est la sécurité est primordial.
L’éducation sexuelle BDSM consiste à informer sur la sexualité et les pratiques BDSM la soumise et son Dominant et à transmettre un certain nombre de valeurs et de recommandations qui vont leur permettre de vivre leur passion sans risques ou en les limitant au maximum.

J’ai toujours un lien de confiance fort avec mes partenaires et nous discutons librement de nos expériences antérieures. Beaucoup ont vécu des abus, ont été blessées ou malades, car elles ignoraient les règles de sécurité de base à respecter concernant l’aspect consensuel, protection des ITS, et règles de base de sécurité BDSM.

Le Dominant est garant de la sécurité de sa partenaire en théorie... car souvent il ignore les dangers ou les minimise. En BDSM, les jeux sexuels peuvent durer des heures, sont intenses, parfois extrêmes et les échanges de fluides, les jeux de sperme sont nombreux. Les risques d’irritation, de blessures, d’attraper des ITS existent et peuvent être évités. La soumise doit aussi prendre sa sécurité en main et ne pas faire confiance au Dominant.
Elle doit lui demander d’avoir des pratiques sécuritaires et si ce n’est pas le cas, le mieux est d’arrêter.
Le fait de se faire tester et d’être fidèle à son partenaire permet d’éviter bien des problèmes.
Beaucoup de soumises sont exposées à des risques importants sans en être vraiment conscientes. Chaque soumise que je reçois ou que je forme a un cours d’éducation sexuelle et est informée sur la sécurité en BDSM. 

Avoir des pratiques sécuritaires ne nuit pas aux pratiques bdsm ou sexuelles, au contraire, cela permet d’aller plus loin, avec plus d’intensité, plus longtemps sans blessure, sans danger et sans attraper de maladies.

Pour ne pas lasser la soumise avec un flot d’informations vite oubliées et rébarbatives, j’inclus dans les pratiques des conseils, parle des risques et inclus dans mes règles à respecter la sécurité. Ainsi la soumise prend conscience au fur et à mesure des risques et apprend comment les éviter. Lorsqu’elle pratiquera avec un autre Dominant, elle pourra lui demander de respecter certaines règles qui lui éviteront bien des ennuis.

LES Infections transmissibles sexuellement

Mon rôle de Maître est d’assurer la sécurité de ma partenaire et de veiller, s’il y a d’autres participants à ce que les consignes de sécurité BDSM et sexuelles soient respectés strictement.
Actuellement, il y a des épidémies d’ITS, même des maladies pratiquement disparues reviennent en force.
Les ITS sont provoquées par des virus, des bactéries ou des parasites.

Les huit ITS les plus fréquentes sont :

  • Maladies bactériennes ou parasitaires : la syphilis, la gonorrhée, la chlamydiose et la trichomonase, qui peuvent être guéries si elles sont diagnostiquées.
  • Maladies virales : l’hépatite B, l’herpès génital, le VIH et le papillomavirus humain (VPH), toutes difficiles ou impossibles à guérir

Les infections sexuellement transmissibles se transmettent principalement par contact cutané lors d’un rapport sexuel, vaginal, anal ou oral.

J’ai donc créé un document ou j’ai noté les règles principales qui concernent l’utilisation des condoms, l’aspect consensuel, et la sécurité en BDSM et la confidentialité que je fais signer par les éventuels partenaires hommes pour des pratiques sexuelles de trio, de gang-bang, de bdsm avec ma soumise dans mon donjon. Dans ce document ils déclarent également être sains, sans ITS. 85 % disparaissent et laissent tomber après avoir lu le document ! Or s’ils se souciaient de leur santé et de celle de leur partenaire, ils appliqueraient mes consignes.

Au cours de mes pratiques, de mes sorties, j’en ai vu des vertes et des pas mûres... d’où ma prudence.

Un exemple :
Lors d’un trio, dans une soirée privée bdsm où j’étais invité. Un gars qui baisait vigoureusement une femme a le condom qui crève et le sperme inonde le vagin de la femme. Il s’excuse, il ne comprend pas... Un des participants me dit que cela lui est déjà arrivé dans d’autres soirées... Au cours de la soirée, j’observe le gars discrètement, il remet un condom met le pouce dans le condom et fait un mouvement rotatif avec l’ongle pour crever le condom et commence à baiser une autre femme. Je l’arête, vérifie le condom, il est percé, je regarde le pouce, l’ongle est plus long et coupant. Le gars devient agressif, je l’ai prié de partir et j’ai amené la femme au CLSC pour un traitement antisida.

La sécurité en BDSM

Mettre ici toutes les consignes de sécurité rendrait la page bien trop longue... J’ai donc, pour chaque pratique mis des conseils sur la sécurité dans la page de la pratique.

Voici quelques consignes de bases à respecter :

  • Aucune consommation de stupéfiants, d’alcool ... cela va fausser votre perception de vos limites, altérer votre jugement et accroître de manière importante les risques.
  • Les pratiques doivent être mutuellement consenties, hygiéniques, saines et sécuritaires. Les partenaires doivent être conscients des enjeux et des risques liés aux pratiques qu’ils décident d’explorer ensemble et se conduire en adultes responsables, conscients des risques et consentants.
  • Les mots de sécurités doivent être strictement respectés
    • Violet ou Mauve : Plus fort, la soumise veut une action plus intense, elle provoque le Maître pour qu’il aille plus loin.
    • Vert : Tout va bien, la soumise se sent bien. Certaines soumises qui veulent pousser leurs limites, plaire à tout prix, se dépasser utilisent le vert même quand elles arrivent à leur extrême limite. Dans ce cas, le Maître doit le sentir et ralentir l’action.
    • Orange : Je suis limite. L’Orange indique que la soumise est sortie de sa zone de confort et qu’elle approche de ses limites. De ce fait, l’orange est un état idéal entre peur, désir, plaisir, émotions fortes, intensité du ressenti qui crée le bonheur unique, les plaisirs divins générés par le BDSM. C’est en surfant sur l’orange que l’on arrive à déclencher des voyages dans le Subspace.
    • Rouge : Arrêt (le Maître arrête l’action et questionne la soumise pour savoir s’il peut continuer)
    • NOIR = arrêt immédiat de la séance sans justification immédiate et sans reprise. Un mot pour la protection de la soumise. Dans ce cas le Maître doit cesser la séance sans poser de question.
  • Le Dominant doit faire uniquement des pratiques qu’il maîtrise. Il doit avoir les notions d’anatomie, de physiologie, de psychologie lui permettant d’officier en toute sécurité et avec le minimum de risques pour sa partenaire.

J’ai banni de mes pratiques tout ce qui concerne le sang (aiguille, coupures, fouet...), la merde, les marques durables et toute pratique qui représente à court terme ou à long terme un danger pour la santé ou l’esprit.

On peut très bien vivre de fortes sensations d’une intensité rare sans pour autant blesser, rendre malade, se mettre en danger ou mettre en danger son partenaire ce qui permet de pouvoir pratiquer aussi souvent qu’on le veut et en tirer un maximum de plaisir et de bonheur.


Plan du site Contact Espace privé RSS

2019-2022 © Blogue du Donjon BDSM de MESTRE ULYSSE - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.5.70